Envie de participer ?

Le karaté est un art-martial dit japonais. En réalité, il est originaire d'Okinawa (île de l'archipel des Ryukyu) qui a longtemps constitué un royaume indépendant au Sud de l'île de Kyushu (île Sud de l'archipel nippon).

En japonais, Karaté-do peut être traduit par « la voie de la main vide ». En effet, « Kara » signifie « vide », « té » signifie « la main » et « do » veut dire « la voie ».

Le karaté est une technique martiale visant à attaquer (atemi) et à se défendre (uke) avec différents parties du corps : doigts (nukité), mains ouvertes (shuto) fermées (tsuki), avant-bras (uke), pieds (geri), coudes (enpi) et genoux.

Après avoir été importé de Chine, le karaté a été perfectionné à Okinawa et été notamment pratiqué par les paysans et par la suite par la noblesse locale se voyant interdire le port des armes par l'envahisseur nippon.

Le Wado-ryu (école de la voie de la paix) est un style japonais de karaté créé en 1939 par Hironori Otzuka (1892-1982).

Ce dernier était maître dans un art-martial, le ju-jitsu lorsqu'il découvrit le karaté.

Ainsi il compléta certaines lacunes du karaté Shotokan de Gichin Funakoshi, son maître au karaté, grâce à ses connaissances initiales et à la pratique du karaté Shito-ryu (créé en 1939 par Kenwa Mabuni) et créant ainsi son style de karaté plus proche du Budo.

Suite à une lourde défaite face à un pratiquant de boxe chinois, Hironori Otzuka modifia donc le Shotokan original en développant un style moins rigide, qui vise à éviter les coups plutôt que de les bloquer comme le fait le karaté Shotokan.

Ainsi Hironori Otzuka applique le principe de la défense peut même parfois être une attaque et s'émancipe de ce fait du dogme Shotokan d'un blocage suivi d'une attaque.

Il applique donc les principes du Go No Sen (on frappe après le début du mouvement de l'adversaire) et du Sen No Sen (on attaque à l'instant où l'adversaire pense à sa technique et avant son mouvement, il s'agit ici d'anticipation) où l'esquive supplante le blocage.

Il énonce trois principes : Ten-i (le déplacement), Ten-tai (la rotation du corps) et Ten-gi (l'application de la technique acec blocage et contre-attaque simultanées).

Par conséquent, l'esquive est accompagnée d'un atemi du poings ou du pied et suivant se concluant par une projection au sol.

Le Wado-ryu se caractérise aussi par des positions plus hautes que dans les autres styles de karaté et par un travail important des esquives et du Goshin Jutsu (défense personnelle).

Le Wado-ryu a été choisi pour le taihojutsu, méthode d'intervention de la police nippone et du kidotai (escoude anti-émeute).

La famille Otsuka

Hironori Otzuka

(1892-1982)

fondateur du Wado-ryu

10e dan

 

Jiro Otzuka

dit Hironori Otzuka II

(1934-2015)

fils du fondateur

10e dan

grand maître du Wado-ryu de 1982 à 2015

 

« Il faut considérer le Wado Ryu comme une école de Ju-jutsu à laquelle ont été ajoutées des techniques de Karaté d’Okinawa et des techniques d’armes issues des écoles japonaises de sabre Yagyu et Toda. C’est ce qui explique que le Wado est bien plus proche des Budo japonais traditionnels que des arts martiaux d’Okinawa. Le Wado-Ryu n’est pas un sport ... Le but premier consiste à mettre l’adversaire hors de combat... »

 

Kazutaka Otzuka

(1965 - )

petit-fis du fondateur

6e dan

actuel grand maître du Wado-ryu

«  Le Wado Ryu ne développe pas la masse musculaire mais plutôt la relaxation dans les mouvements. »